Politique :Marion Maréchal Le Pen se retire temporairement de la politique

 

photo MARION MARECHAL LE PENCoup de tonnerre! Mardi en fin de journée, la députée FN du Vaucluse a annoncé son retrait de la vie politique, et ne sera pas candidate à sa succession aux élections législatives de juin. Elle quitte également son mandat de chef de l’opposition au conseil régional Provence Alpes Côte d’Azur.

 « Je ne renonce pas définitivement »

Deux jours seulement après la défaite de sa tante au second tour de la présidentielle, Marion Maréchal-Le Pen a annoncé qu’elle se retirait temporairement de la vie politique.
La députée de 27 ans avait récemment exprimé à de nombreuses reprises son envie de se lancer dans le privé. La rivalité croissante avec Marine Le Pen, et la défaite de son parti le FN à l’élection présidentielle, ont précipité sa décision.
Dans une lettre parue dans Vaucluse matin, ce mercredi, la députée du Vaucluse annonce qu’elle sort quelque temps du monde politique, « aspirant à travailler dans le monde de l’entreprise, mais aussi à consacrer plus de temps à sa fille et sa vie familiale.
« Je ne renonce pas définitivement au combat politique ». « Si nous voulons rendre ses lettres de noblesse à la politique, il faut prouver aux français qu’il existe aussi des élus libres et désintéressés refusant de s’accrocher coûte que coûte à leur statut et à leurs indemnités » justifie t-elle.
« Je ne pourrai jamais rester indifférente aux souffrances de mes compatriotes » écrit celle qui était ces cinq dernières années la seule députée FN à l’Assemblée nationale au coté de l’apparenté Gilbert Collard.
Ce départ est un coup de tonnerre pour le Front nationale et ses militants, tant nombre d’entre eux voyaient déjà en elle l’avenir du parti. Dernièrement la présidente du FN avait jugé sa nièce trop inexpérimentée » pour devenir ministre en cas de victoire. De même, ses relations avec Florian Philippot étaient tendues.
Malgré un entretien des deux femmes qui a duré près de deux heures, la candidate à la présidentielle n’a pas réussi à faire changer d’avis sa nièce. Son grand-père, Jean-Marie Le Pen a rapidement fait savoir ce qu’il pensait de ce choix : » S’il n’y a pas une raison gravissime à cette décision, je considère que c’est une désertion » a réagi l’ancien président du FN.

 « Un séisme à venir »

Plusieurs élus on évoqué un « séisme à venir ». Marion Maréchal Le Pen représentait pour le FN, une porte d’entrée du FN sur l’électorat de droite traditionnel, que Marine Le Pen n’a pas réussi à convaincre lors du second tour de la présidentielle.
Selon un élu FN du Sud : « Çà fait longtemps que ça couve… elle ne servait que de caution, au moins les gens ne seront pas dupes » a t-il assuré déçu. « Maintenant, c’est à nous de réfléchir. Je ne veux pas rester pour maintenir les 35 heures, la retraite à 60 ans, l’ISF, et défendre la sortie de l’euro sous huitaine » a t-il ajouté. Pour un autre membre du FN, conseiller régional FN en PACA « On dira que Philippot a gagné ».
« Dans le Sud ça va être compliqué, le gens ne vont pas forcément comprendre » ajoute cet élu. »On va perdre énormément d’adhérents et de militant qui sont là pour elle » confirme un autre. Certains d’entre eux voyaient déjà la jeune députée comme la seule alternative à Marine le Pen, remise en cause par certaines frontistes après le débat d’entre -deux-tours.
Pour François Touzé, ancien dirigeant FN a écrit sur Twitter : Celle qui devrait quitter la politique, ce n’est pas Marion ! »

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire