Le fonctionnement de l’élection

Fonctionnement de l’élection Présidentielle, une règle constitutionnelle

fonctionnement de l’élection

En France, et telles que précisées et énoncées dans la constitution, les règles du fonctionnement de l’élection Présidentielle sont identifiées et déclinées de manière concise, au nom du sacro-saint principe républicain qui est « Pour le Peuple et Par le Peuple ». Le fonctionnement de l’élection Présidentielle, est de par son essence, en plein dans le respect de la décision du peuple. C’est dans cette logique, que le fonctionnement de l’élection Présidentielle, prévoit une désignation par les électeurs français du premier personnage de la république au suffrage universel direct.

Procédure pour devenir Président de la République

Le Président de la république est élu pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois. La constitution prévoit, que pour être élu à la plus haute fonction de l’Etat, le candidat devra être arrivé en tête des résultats, avec une majorité absolue, c’est-à-dire avec plus de 50% des suffrages exprimés. Cette majorité absolue est valable dès le premier tour, où plusieurs candidats sont lice. Cela dit, depuis l’avènement de la 5ème république, jamais aucun candidat n’est arrivé à être élu dès le premier tour. Au second tour, c’est donc le candidat parmi les deux finalistes, qui aura obtenu la majorité absolu qui sera décrété Président de la République pour cinq ans. Le délai du déroulement du suffrage entre le premier et le second tour est de deux semaines. .La constitution est claire dans la déclinaison des principales étapes aussi bien du fonctionnement que de l’organisation de l’élection Présidentielle. Nous ne prétendons pas dans cet article, pouvoir détailler l’ensemble des points juridiques qui entourent l’élection Présidentielle, vue du côté droit constitutionnel français. Par ailleurs, du point de vue fonctionnement de l’élection, on pose des questions sur, qui peut être candidat à la présidence de la république, les conditions de déroulement de la campagne électorale, les problèmes liés aux cas de force majeure tels que lavacance du poste de Président de la république. Tous ces points, sont autant de problématiques, auxquelles répond de manière minutieuse la constitution française, à travers un contenu cohérent de l’ensemble de ses articles juridiques

Quid des révisions constitutionnelles sur l’élection Présidentielle

Il y a eu la révision de la constitution de novembre 1962, qui a institué l’élection du Président de la République au suffrage universel direct, établissant ainsi un pacte moral direct entre le Chef de l’Etat et l’ensemble des citoyens français en âge de voter (à l’époque la majorité était à. 21 ans). La révision avait précisé le fonctionnement du suffrage, qui était fixé à un scrutin majoritaire uninominal à deux tours. Auparavant (constitution de 1958), le Président était élu par une sorte de collège électoral de 80 000 voix, composé des députés, des sénateurs, des conseillers généraux, membres des assemblées territoriales pour les TOM (territoires outre-mer) et des élus municipaux. Il y a eu ensuite, la révision constitutionnelle de septembre 2000, qui a eu lieu par référendum populaire, et qui a validé le mandat Présidentiel en le ramenant à cinq ans au lieu de sept auparavant. On parle dorénavant de quinquennat et non plus de septennat, et l’élection Présidentielle est devenue calée quasiment sur la durée de la législature parlementaire qui est elle aussi de cinq ans. Cette révision ne limitait pas le nombre de fois du renouvellement du quinquennat pour le Président candidat. Enfin, la dernière révision constitutionnelle a eu lieu en juillet 2008, et elle est venue limiter le renouvellement du mandat de Président de la république à une seule fois consécutive au premier mandat effectué. En analysant le fonctionnement général de l’élection Présidentielle, et les différentes révisions constitutionnelles, on remarque, que les institutions françaises se sont mises au diapason des grandes démocraties mondiales, notamment pour ce qui est du fonctionnement électoral et l’accès aux fonctions suprêmes à la tête de l’Etat. A ce jour, les scrutins se sont toujours bien passés, et jamais une contestation de résultats prononcés ou sur le fonctionnement de l’élection Présidentielle n’a été constatée ou avérée depuis l’avènement de la 5ème république.

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire