Présidentielle 2017:Alain Juppé est prêt! Il ne se défilera pas

PHOTO JUPPE SUR BFMTV

Pour son entourage, « Alain Juppé est prêt depuis le début ».Il serait prêt à être le recours en cas de désistement de François Fillon. « Je ne me défilerai pas, cette situation ressemble à un suicide collectif » a déclaré le maire de Bordeaux, selon Le Parisien d’aujourd’hui. Après avoir entendu Fillon mettre en cause la justice, il aurait donné son accord à ses fidèles pour préparer le terrain, affirme le quotidien.

« Prêt à se rendre disponible pour mener la campagne »

Mercredi matin, Alain Juppé était à Paris à l’occasion d’une rencontre entre les présidents de métropoles, et le Premier ministre Bernard Cazeneuve. Le Maire de Bordeaux, appelé par le candidat de la droite lui a dit qu’il « était prêt à se rendre disponible pour mener campagne » a confié son entourage. Refus catégorique de la part de François Fillon, persuadé qu’il est le seul à pouvoir faire gagner la droite : « Pas du tout, je te demande de me renouveler ton soutien. De toute façon, Sarkozy ne veut pas de toi ».
Assez contrarié, Alain Juppé s’est entretenu par la suite, à Matignon, avec les grands élus locaux, tels que Christian Estrosi, Jean-Claude Gaudin, Jean-Luc Moudenc, Gaël Perdriau…de son coté, Valérie Pécresse laisse échapper quelques bribes de sa conversation avec Fillon : « C’est un suicide collectif, ce n’est plus du tout rationnel, ça ne sert à rien de reprendre la barre dans ces conditions »Fulmine le maire de Bord <eaux, très en colère.
« L’appel ne peut pas venir que des gens qui étaient déjà pour moi, il faut que ce soit plus large »a également assuré Alain Juppé, rappelle le Parisien. Discrètement, Jean-Frnçois Copé œuvre auprès des élus LR, afin que le maire de Bordeaux obtienne les 500 parrainages qui doivent être déposées au plus tard le 17 mars. Le conseil constitutionnel l’a confirmé, il enregistre des candidatures au nom d’Alain Juppé. « On les garde et on attend le moment, assure un membre de l’institution au quotidien. Si nous dépassons le fameux seuil de 500, nous luis demanderons s’il souhaite se présenter ».Plusieurs « juppéistes » tels que Apparu, Boyer, Keller, Philippe, Béchu…ont lancé une offensive anti-Fillon en le lâchant les uns après les autres.

« Le plan B n’a jamais eu la tête d’un quinqua »

Nicolas Sarkozy, lui considère que Fillon doit maintenant trouver des forces en lui-même, en s’assurant que sa famille tienne le choc de l’épreuve judiciaire. « Je lui ai déjà sauvé la mise une première fois. Je ne le ferai pas une deuxième » aurait déclaré l’ancien Chef de l’Etat. Aucun des ténors n’appellera à la candidature de Juppé, sans l’accord de François Fillon. Ce serait un échec. « L’électorat de Fillon s’est tellement radicalisé qu’il ne eut se rallier à Juppé, sauf si Fillon lui-même appelle à soutenir Juppé » dit-on au siège des Républicains. Nicolas Sarkozy était, quant à lui plus favorable à une candidature Baroin, mais il n’y a pas eu d’accord chez les quinquas. »Le plan B n’a jamais eu la tête d’un quinqua » estime le président de la région Hauts-de-France.
Depuis mercredi, les défections continuent. De son coté, l’Udi réserve sa décision. « Toutes les options sont sur la table » a déclaré Jean-Christophe Lagarde au Point. En ajoutant qu’un bureau exécutif se réunira la semaine prochaine pour prendre une décision définitive.
Dominique de Villepin a affirmé aussi que « Fillon emporte son camp dans une course vers l’abîme », puis Gérald Darmanin, sur Twitter, » j’ai honte de ma droite ». Enfin, Patrick Stéfanini, son fidèle directeur de campagne, hésite encore à démissionner (il faut que tu te retires » aurait-il dit mercredi au candidat, en ajoutant qu’il n’est lui-même pas certain de continuer ».François ne lâche rien. « Les élus ? On fera sans eux » lance t-il. « Je m’appuie sur les français ».

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire