Présidentielles 2017 : Emmanuel Macron de plus en plus candidat, continue de grimper dans les sondages

photo MACRON A LYONDans ses derniers meetings, Emmanuel Macron, a abordé plusieurs sujets tels que l’islam, la laïcité, l’école, la nation, la protection sociale… « Tout ce qui permet à une société de vivre ensemble »selon son entourage.

« La laïcité est une liberté »

IL reconnaît que « notre pays a un sujet avec l’islam », « l’exclusion, la marginalisation ou la stigmatisation » de cette religion n’est pas la solution, estime l’ancien ministre. « Dans notre pays, chacun est libre de croire ou de ne pas croire. Chacun et libre de pratiquer ou pas sa religion, avec le niveau d’intensité qu’il désire en son for intérieur » explique t-il. Pour lui, la laïcité « est une liberté avant d’être un interdit ».
Il ajoute par ailleurs, « si la liberté est totale, l’intransigeance quant au respect des lois de la République doit être absolue. EN France, il y a des choses qui ne sont pas négociables, comme la civilité, l’égalité entre les hommes et les femmes ou la liberté ». Une réponse aux accusations de naïveté qui lui sont adressées, en particulier de la part de Manuel Valls.
Mais il demande aussi que soient démantelées les associations qui prêchent la haine de la République, la haine de nos valeurs, la haine de ce que nous sommes et de ce qui nous tient ». Pour Emmanuel Macron, il s’agit d »une bataille culturelle ». Un façon d’approuver la politique menée par le ministre de l’Intérieur, Bernard Caseneuve, qui a déjà fait fermer ces derniers mois plusieurs mosquées et salles de prières radicales.
Dans son discours, il demande de « repenser notre politique de la ville » de faire davantage d’investissements dans la quartiers, et ne pas laisser « aux salafistes qui se substituent à nos professeurs, à nos enseignants, à nos assistants sociaux, aux conseillers de pôle emploi ».
« Refonder la sécurité sociale » déclare l’ancien ministre qui estime que « la protection à laquelle chacun a droit ne peut plus être sur le travail ». M. Macron préconise d’asseoir le financement de la Sécurité sociale davantage sur les impôts que sur le travail ».

Les derniers sondages confirment que Macron et Juppé continuent de grimper, mais que Nicolas Sarkozy stagne

Dans un sondage réalisé sur internet les 13 et 14 octobre auprès d’un échantillon représentatif de 1003 personnes de 18 ans et plus , selon la méthodes des quotas(la moitié ont été interrogés avant le débat de la primaire de la droite, l’autre moitié après le débat). Il en ressort que le maire de Bordeaux continue de marquer des points auprès des français, de même qu’Emmanuel Macron.
Selon un baromètre Odoxa rendu public mardi, les deux hommes restent en tête des personnalités suscitant le plus de sympathie et de soutien. Selon cette enquête pour l’Express, Alain Juppé est la personnalité politique qui reçoit le plus d’adhésion (42 % +3), Emmanuel Macron (34 % +3), Marine le Pen (29 % +2) à la troisième place du podium avec François Bayrou (-1°)
Ensuite, viennent Bruno Le Maire (27 % +3), Jean-Luc Mélenchon (26 %), François Fillon (26 %), Arnaud Montebourg (25 %). Arrive en 14e place, Nicolas Sarkozy qui stagne avec 23%.
Chez les seuls sympathisants de droite, hors FN, Alain Juppé gagne 2 points à 71 % tandis que Nicolas Sarkozy en perd 6 avec 58 %.

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire